Le Marché du Carbone

Depuis les années 90, des initiatives régionales partout au monde se multiplient pour lutter contre les changements climatiques. En 2008, la Western Climate Initiative (WCI), dont fait partie le Québec, a été mise en place en Amérique du Nord et son objectif est de permettre à ses participants de se doter d’une approche commune pour faire face aux changements climatiques 

En quantifiant les émissions des gaz à effet de serre, celles-ci sont transformées en crédits de carbone. Ce processus permet à une organisation ayant réduit ses émissions de GES, de tirer profit de ses investissements verts et à une entreprise voulant compenser, de communiquer sur son nouveau plan stratégique à ses parties prenantes. 

 

Par exemple, une entreprise A a réduit ses émissions de GES. En quantifiant et en faisant vérifier ses réductions, elle les transforme en crédits. Ces crédits sont mesurés en tonnes de carbone équivalent. 

Une fois la quantification des crédits vérifiée, il faut les inscrire sur un registre reconnu (ajouter lien. 

Ils peuvent à ce moment être vendus sur le marché du carbone. 

 

L’entreprise B n’a pas réduit ses émissions, mais souhaite les compenser. Suite à une quantification de ses émissions, elle cherche à compenser en achetant des crédits de carbone. Par ce biais, cela lui permet d’encourager un projet environnemental. 

 

Les deux parties sont gagnantes : l’entreprise A obtient un gain financier par la vente de son produit et l’entreprise B a soutenu un projet permettant de réduire les GES. 

Le marché du carbone est divisé en deux segments : 

Marché réglementé : Le marché réglementé est régi par des règles précises. Il existe au Québec, depuis janvier 2013, un marché réglementé en vertu du Système de Plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (SPEDE) auquel certains émetteurs doivent se conformer.  

Marché volontaire : Le marché volontaire n’est pas régi par des règles gouvernementales. Il est normé par des programmes de certifications. Ce marché est composé d’acteurs qui souhaitent volontairement réduire ou compenser leurs émissions de GES.  

Actuellement, Enviro Écocrédit négocie quatre types d’attributs environnementaux soit :  

  1. Crédits de carbone. 
  2. Crédits d’eau.  
  3. Crédits d’efficacité énergétique. 
  4. Crédits de biodiversité.  

 

Ces attributs sont obtenus grâce à un processus d’accréditation indépendant qui implique trois étapes :  

  1. Quantification de la réduction de l’impact environnemental.
  2. Validation/vérification par une tierce partie indépendante.
  3. Enregistrement du projet sur un registre public reconnu.